FRIMAS

FRIMAS

Une feuille dorée qui tombe

Dessous dans la rivière qui gronde

 

Pourtant hier elle était verte

Le flot l'entraîne inerte

 

 Les arbres soudain font pareil

Et décident de se mettre en sommeil

 

Ils teintent leurs feuilles d'or

Alors toute la forêt s'endort

 

Le noir des corbeaux remplace les feuilles

La nature entière est en deuil

 

La terre est inondée par les orages

Les flocons blancs succèdent à ce ravage

  

Un épais manteau blanc s'étend

On attend bientôt le printemps

 

Le soleil enfin le fait fondre

Réveillés les arbres sortent de l'ombre

  

La petite feuille dorée, elle,

Revient encore plus belle

 

Toi tu ne reviens pas au printemps

Pourtant tu sais que je t'attends.

 

Jean VENTRIN